TOYOTA GAZOO Racing remporte une troisième victoire consécutive aux 24 Heures du Mans

• TOYOTA GAZOO Racing a gagné les 24 Heures du Mans pour la troisième fois consécutive avec la TS050 HYBRID après une course mouvementée

• L’équipe remporte ainsi le Championnat du Monde d’Endurance FIA (WEC) 2019-2020

• Le titre mondial des pilotes se jouera entre les deux équipages TOYOTA GAZOO Racing lors de la dernière course de la saison, à Bahreïn

Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima et Brendon Hartley ont bouclé en tête plus de 5000 km d’une course éprouvante, disputée pour la deuxième fois seulement de son histoire en septembre.

Pour Sébastien et Kazuki, il s'agissait de leur troisième victoire consécutive au Mans ! Seuls sept pilotes ont réalisé cet exploit au cours des 97 ans d'histoire de la course. Brendon, lui, remporte la course pour la deuxième fois, après sa première victoire en 2017.

Partie de la pole position, la TS050 HYBRID n°7 de Mike Conway, Kamui Kobayashi et José María López semblait avoir tous les atouts en main pour décrocher une première victoire dans La Sarthe, jusqu'à ce qu’ils rencontrent un problème d'échappement. Néanmoins, au terme d’un final haletant de 70 minutes, ils parviennent à décrocher la troisième place.

La victoire d'aujourd'hui, dans l'avant-dernière manche du Championnat du Monde d'Endurance FIA (WEC), permet à TOYOTA GAZOO Racing d’être sacré Champion du Monde par équipes, son avance de 57 points sur Rebellion Racing est en effet irrattrapable. C’est le troisième titre de l’écurie après ceux de 2014 et 2018-2019.

La course a marqué la dernière apparition au Mans de la TS050 HYBRID à quatre roues motrices de 1000 ch qui a établi une nouvelle norme en termes d'efficacité et de performances dans la Sarthe. Utilisant 35% de carburant en moins que la première génération d'hybrides LMP1 de 2012, la TS050 HYBRID est en même temps environ 10 secondes plus rapide sur un tour. Elle détient le record absolu de la piste et le record du tour en course, en plus de ses quatre pole positions consécutives et de ses trois victoires.

Ces exploits ont inspiré la GR Super Sport, une Hypercar née au Mans. Il était donc normal qu'elle fasse ses débuts sur la piste quelques instants avant le départ de la course. Une version de développement a bouclé un tour de démonstration avant de remettre en jeu le trophée des vainqueurs pour le départ à 14h30, où la Toyota n°7 s'est alignée en pole position et la n°8 en troisième position.

Mis à part une dizaine de tours après la sixième heure de course, la Toyota n°7 a toujours mené l’épreuve, se construisant une avance d'un tour à mi-distance. Mais peu avant 3h00 du matin, alors que Kamui était au volant, une baisse de puissance le contraint à rentrer au stand. Un collecteur d'échappement endommagé a été remplacé en moins de 30 minutes puis Kamui a repris la course, mais en quatrième position, à six tours de la tête et à quatre tours de la Rebellion n°3 qui était alors troisième.

Ces problèmes ont permis à la Toyota n°8 de prendre la première place, sans pour autant avoir été épargnée par les ennuis : d'abord une crevaison, puis un conduit de frein endommagé par des débris, qui ont donc coûté deux arrêts au stand. Mais l’équipage de la n°8 n’a rien lâché, et ils se sont battus à la deuxième place derrière la numéro 7, avant que celle-ci connaisse donc à son tour des problèmes.

Sébastien, Kazuki et Brendon ont alors pu contrôler le reste de la course, creusant une avance de cinq tours avec les deuxièmes. C’est la troisième année consécutive que Kazuki remporte les 24 Heures du Mans, confortant ainsi son statut de pilote japonais le plus titré dans cette épreuve mythique. Mike, Kamui et José ont finalement accroché la troisième place. La Toyota n°7 avait subi des dommages après avoir heurté des débris, ce qui a dégradé ses performances aérodynamiques. La bataille du podium s’est décidée dans la dernière heure lorsque la Rebellion n°3 est sortie de la piste, puis n’a pas pu reprendre la course après être rentrée au stand. José a ainsi pu mener la n°7 à la troisième place, à six tours derrière la Toyota n°8 et à un tour seulement de la Rebellion n°1, qui termine deuxième.

Après cette victoire au Mans de la voiture n°8, c’est donc lors de la dernière course, à Bahreïn, que se jouera le titre de Champion du Monde des pilotes entre les deux équipages Toyota. L’équipage de la n°8 détient une avance de sept points sur celui de la n°7, avec un maximum de 39 disponibles à Bahreïn.

Hisatake Murata, Président de l'équipe :
« Encore une fois, nous avons vu à quel point les 24 Heures du Mans sont un défi difficile, un véritable test d'endurance. Nous avons fait preuve d'un grand esprit d'équipe et de détermination pour surmonter les premiers ennuis de la voiture n°8. Remporter trois Le Mans consécutifs avec la TS050 HYBRID est un rêve devenu réalité. Bravo à tous les membres de l'équipe ! Cependant, nous nous étions fixé l'objectif d'un autre doublé et je suis désolé pour les pilotes, mécaniciens et ingénieurs de la n°7 qui ont travaillé si dur et ont si bien performé à nouveau. Nous sommes une équipe, donc nous ressentons tous leur douleur. Les fans nous ont particulièrement manqué mais j'espère que nous pourrons les revoir ici l'année prochaine. Félicitations à Rebellion pour son podium ; ils nous ont poussés et ont une fois de plus gagné notre respect. Merci à l'ACO de nous avoir donné la chance de profiter du Mans malgré les circonstances mondiales difficiles cette année. »


Mike Conway (TS050 HYBRID n°7) :
« Le Mans n’a pas été tendre avec nous au fil des ans. Nous sommes heureux que TOYOTA GAZOO Racing remporte sa troisième victoire consécutive mais vu de notre côté du garage, on a l'impression qu'une autre victoire nous a échappé. Nous en sommes tristes, également parce que cela change massivement la situation au Championnat du Monde des pilotes. Nous venons toujours ici pour faire du bon travail, mais certaines choses semblent toujours nous gêner. Mais bravo à l’équipage n°8 et à l'équipe pour cette nouvelle victoire ici. »


Kamui Kobayashi (TS050 HYBRID n°7) :
« La troisième place n'est pas celle que nous voulions. Nous étions encore très rapides ici mais la course est toujours difficile. Nous avons fait du bon travail, tout comme l'équipe réparant la voiture dans la nuit. Nous avons été malchanceux avec un problème qui s’est produit pour la première fois, mais c'est Le Mans et cela peut arriver. Félicitations à la voiture n°8 et à l'équipe qui ont travaillé aussi dur que possible pour amener deux voitures sur la ligne d'arrivée. »


José María López (TS050 HYBRID n°7) :
« Tout d'abord, je tiens à féliciter l'équipe et la voiture n°8. C'est une grande réussite pour TOYOTA GAZOO Racing de remporter cette grande course pour la troisième fois consécutive. L'équipe a travaillé très dur, jour et nuit. Tout le monde a fait un travail fantastique, y compris Mike et Kamui, et je pense que j'ai aussi fait ma part. Malheureusement, cela ne s'est pas terminé comme nous le voulions pour notre voiture. C'est frustrant d'être aussi rapide et de ne pas gagner la course, mais nous essaierons à nouveau ! »


Sébastien Buemi (TS050 HYBRID n°8) :
« Mes coéquipiers et l'équipe ont fait un travail incroyable. La course a une fois de plus montré à quelle vitesse la chance peut tourner ici au Mans. Quand nous avons commencé la course, j'avais le sentiment que tout était contre nous : ralentissements, crevaisons et problème de refroidissement des freins. Mais tout d'un coup, les choses ont commencé à bien se passer et nous avons finalement pris la tête. Le Mans a encore prouvé que l'on ne sait jamais ce qui va se passer jusqu’à la ligne d’arrivée. »


Kazuki Nakajima (TS050 HYBRID n°8) :
« C'est spécial d'être dans la dernière TS050 HYBRID pour gagner Le Mans et c’est fantastique de remporter trois victoires consécutives. Nous avons eu une course faite de hauts et de bas, mais tout le monde a réalisé du très bon travail, y compris notre voiture sœur. D'une manière ou d'une autre, nous avons eu un peu plus de chance que l'autre voiture. Lorsque la n°7 a eu le problème, il s'agissait de gagner la course pour TOYOTA GAZOO Racing et c'était assez difficile. Je suis vraiment heureux d’y être parvenu et de faire partie de cette équipe. »


Brendon Hartley (TS050 HYBRID n°8) :
« Je suis fier de mes coéquipiers et de toute l'équipe qui nous entoure. Cela a été un véritable apprentissage pour moi de rejoindre cette équipe. Seb et Kazuki m'ont aidé à me mettre à niveau dans une voiture de course très rapide et complexe. Aujourd'hui, nous avons eu quelques petits problèmes au début, mais ensuite nous avons fait une course parfaite, grâce à un groupe incroyable d'ingénieurs et de mécaniciens dans les coulisses. Tout a été très bien exécuté, donc un grand merci à TOYOTA GAZOO Racing. »

Récapitulatif des classements
Classement des 24 Heures du Mans 2020 :

1ère TOYOTA GAZOO Racing n°8 387 tours
2e Rebellion n° 1 (Senna/Menezes/Nato) +5 tours
3e TOYOTA GAZOO Racing n°7 +6 tours
4e Rebellion n°3 (Dumas/Berthon/Deletraz) +6 tours
5e United Autosports n°22 (Hanson/Albuquerque/di Resta) +17 tours
6e JOTA n°38 (Davidson/da Costa/Gonzalez) +17 tours

Voir aussi

TOYOTA GAZOO Racing au Rallye Dakar | Toyota présent depuis plus de 40 ans au Rallye Dakar TOYOTA GAZOO Racing au Rallye Dakar | Toyota présent depuis plus de 40 ans au Rallye Dakar Après un rallye Dakar réussi en 2020, TOYOTA GAZOO Racing et TOYOTA AUTO BODY ont engagé un total de 6 équipages dans le rallye Dakar de cette année qui se déroulera du 3 au 15 janvier 2021. Toyota GR Supra GT4 Toyota GR Supra GT4 La Toyota GR Supra GT4 fait ses débuts en championnat de France FFSA GT Nouvelle Toyota GR Supra Nouvelle Toyota GR Supra Inspirée par un riche héritage de plus de 50 ans, la nouvelle Toyota GR Supra offre aujourd'hui ce qu'il se fait de mieux en termes de sportivité chez Toyota. Avec un mélange exaltant de puissance, d'équilibre et d'agilité, elle offre aux passionnés l'expression ultime du plaisir de conduite. Nouvelle GR Yaris <br>Héritage Nouvelle GR Yaris
Héritage
GT-FOUR. Un nom qui est synonyme de performance dans le monde réel et une icône du rallye dans les années 1980 et 1990. Aujourd'hui, l'héritage se poursuit. Cette fois-ci, il s'agit de la GR-FOUR, une technologie 4 roues motrices de pointe dans la nouvelle GR Yaris.