Stress au volant : et si on disait stop ?

Psychologies Magazine

L’heure tourne et la voiture n’avance pas. Pare-chocs contre pare-chocs, on voudrait pouvoir s’envoler tout à coup, prendre de la hauteur, parcourir en un clin d’œil les derniers mètres qui nous séparent de notre point d’arrivée… Mais les coups de klaxon nous ramènent brutalement sur terre, à la réalité d’un quotidien où, trop souvent, la conduite devient synonyme de stress.

C’est le cas, d’ailleurs, pour plus de 1 Français sur 4*. Parmi les facteurs de tension évoqués, arrivent en premier lieu les comportements dangereux des autres conducteurs et la peur de rester coincé dans les embouteillages. Viennent ensuite : les aléas de la météo, les incivilités, l’imprudence des piétons, la peur d’être en retard ou de se perdre en chemin, le temps perdu à chercher une place pour se garer, etc.

La liste est longue et, à la dérouler, c’est évident : conduire peut vite devenir un cauchemar. À moins de se souvenir qu’au fond, on a toujours la main sur son quotidien comme on la garde sur le volant : rien ne nous force à subir. Le stress en voiture n’est pas une fatalité : tout est une question de choix et d’anticipation.

Le choix, c’est d’abord celui du véhicule. Rouler en hybride, c’est faire le choix du confort et de l’anticipation, justement. Ici, pas d’à-coups ni d’accrocs ; pas d’accélérations subites ou de freinages intempestifs : la conduite est souple, toute en modération.

Surnommée « la reine de la ville » pour sa douceur, alliée indispensable pour traverser l’épreuve des bouchons en toute sérénité, l’hybride prend soin de son propriétaire, favorisant autour de lui, pour lui, un environnement propice à son bien-être.

Le silence, d’abord : avec elle, les agressions sonores d’un moteur vrombissant ne sont plus qu’un lointain souvenir. L’air pur, ensuite : équipés d’un système de purificateur d’air, certains véhicules hybrides chassent les mauvaises odeurs, les pollens, les poussières, toutes ces infimes particules qui, d’ordinaire, viennent nous polluer la conduite.

On inspire, on expire… On se détend : les sièges chauffants s’occupent de nous. Parfaitement réglés et adaptés à nos lombaires, ils diffusent une chaleur capable d’évacuer la moindre tension qui pourrait menacer notre dos. Parfaitement détendu au contraire, ce dos, qui parle toujours un peu pour nous, dit de nous qu’on est bien…

Confortablement installés dans l’habitacle, d’autant plus sereins qu’on a su préparer notre trajet en amont : on démarre un quart d’heure plus tôt, une sécurité nécessaire pour affronter, avec le sourire, les potentiels aléas du trajet. Ainsi, on a le temps : on sera à l’heure, quoiqu’il arrive, on le sait. Ce, parce qu’on a aussi pensé à baliser l’itinéraire avant de partir – une précaution fondamentale, pour assurer une conduite en toute tranquillité.

Et maintenant ? On roule. Regard droit devant, tête haute, horizon dégagé : le combat contre le stress vient d’être emporté. Et le vainqueur, c’est nous.


* 27 %, d’après une étude de l’Association prévention routière, octobre 2015.

 
/

Voir aussi

Confidentialité et Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site pour vous proposer une navigation optimale. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Gestion des cookies.