Ma voiture, mon second toit

Psychologies Magazine

Nous avons tous déjà ressenti un profond soulagement en refermant la portière de la voiture sur nous.

À deux doigts d’enclencher le contact, nous avons éprouvé cette quiétude à l’idée d’être désormais protégés du chaos du monde. Un peu comme si, déjà, nous étions rentrés à la maison, alors que toute la route restait à faire… Rien d’étonnant, en réalité : prendre le volant, c’est faire la synthèse entre les exigences du monde moderne et nos réflexes ancestraux.

Depuis la nuit des temps, l’habitat, pour nous, est autant une question d’identité que de sécurité. Aujourd’hui, il se définit beaucoup par sa mobilité. Si nos ancêtres ont vécu la sédentarisation comme un progrès de la civilisation, l’homme (comme la femme) du XXIe siècle se veut essentiellement ici et là à la fois.

Nous avons alors cherché un endroit qui nous stabilise, sans nous figer. Un endroit qui nous raconterait autant qu’il nous protégerait. Qui nous parle de sécurité autant que de liberté. Alors le glissement s’opère et l’« habitat » devient l’« habitacle ». Blottis derrière notre cocon métallique, nous sommes à l’abri du vent ou de la grêle. Comme des aléas de l’existence.

Préservés du monde extérieur, nous avons fait en sorte de nous y sentir bien : nous avons choisi la matière des sièges ; soigneusement élaboré notre environnement sonore (du bruit du moteur à la musique) ; dispatché des petites touches de nous – ici, une photo, là, un grigri sur le tableau de bord. Dans l’air, flotte un parfum d’intérieur qui caresse nos sens.

Et dans la boîte à gants, un kit de survie comprenant tous nos indispensables : pour elle, un rouge à lèvres et un chargeur de smartphone ; pour lui, des lunettes de soleil et une boîte de pastilles à la menthe. Sans même s’en rendre compte, on s’est fabriqué, en petit, le double de notre nid douillet, celui qui nous attend le soir, celui où l’on s’éveille le matin. Celui-ci roule et nous conduit doucement du matin vers le soir. De la maison au bureau, du bureau à la maison.

De temps à autre, sur ce trajet quotidien, il nous fera faire un crochet par cette fontaine que l’on trouve si belle, par cette librairie où l’on aime s’attarder.

La voiture est ce trait d’union entre toutes nos vies, ce « toit » mobile qui donne toute sa cohérence à ce « moi ». En un mot, il est nous. Regardez cette voiture. Observez l’extérieur, scrutez l’intérieur, cherchez les kilomètres au compteur et vous pourrez dessiner les contours de son propriétaire. Est-il méticuleux ou bohème ? Est-il grand voyageur ou citadin ? Chut. C’est son secret. Il lui appartient.

 
/
Confidentialité et Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site pour vous proposer une navigation optimale. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Gestion des cookies.