Toyota GT86 2017

Le grand frisson

En créant le GT86, Toyota se proposait de réaliser une voiture qui incarne l’essence même du plaisir de conduite, un coupé simple à la vocation claire et, par-dessus tout, amusant.

En créant le GT86, Toyota se proposait de réaliser une voiture qui incarne l’essence même du plaisir de conduite, un coupé simple à la vocation claire et, par-dessus tout, amusant. En condensant les qualités des voitures de sport classiques – compacité, agilité, réactivité et sensations de conduite –, il a rempli ses promesses, ce qui lui a valu les éloges de la presse et des passionnés.

Depuis son lancement en 2012, le modèle s’est vendu à plus de 170 000 exemplaires dans le monde. Tout en s’inspirant de l’héritage sportif de la marque illustré par des modèles tels que la 2000GT et la Corolla GT (AE86), le GT86 a endossé le rôle d’éclaireur dans la mission que s’est fixée Toyota : construire des voitures qui suscitent encore plus l’envie et le plaisir de conduire.

Cette orientation est venue du Président Akio Toyoda lui-même, qui a déclaré : « Si ce n’est pas amusant à conduire, alors ce n’est pas une voiture. » Le GT86 s’inscrit dans la droite lignée des voitures de sport classiques : des dimensions et un poids contenus, un centre de gravité bas et une configuration moteur avant/roues arrière motrices.

La motorisation innovait radicalement en adoptant un 2,0 litres atmosphérique « boxer » à quatre cylindres horizontaux opposés et régime maximal élevé, produit par Subaru et doté de l’injection directe D-4S de Toyota. Le GT86 a prouvé ses talents sur route, sur circuit et en rallyes.

En fait, les données et retours d’expérience tirés de sa participation aux 24 Heures du Nürburgring – une course très éprouvante où il était engagé par TOYOTA Gazoo Racing – ont conditionné les évolutions dont profite aujourd’hui le modèle 2017, les premières modifications notables à ce jour.

En rallye, le GT86 CS-R3 mis au point par Toyota Motorsport GmbH a fait renaître dans cette discipline l’intérêt pour la propulsion, en proposant une voiture pratique et abordable, et pourtant homologuée pour courir à tous les niveaux – jusqu’au Championnat du Monde des Rallyes.

« Si ce n'est pas amusant à conduire, alors ce n'est pas une voiture. » Président Akio Toyoda

/

Sous la carrosserie, certains réglages des suspensions et de l’amortissement ont été retouchés, des améliorations ciblées ont été apportées à la stabilité, au comportement et au confort, et des mesures ont été prises pour rigidifier la caisse.

Pour le conducteur, l’une des évolutions les plus marquantes du GT86 2017 est le nouveau mode Track, qui permet de goûter au plaisir d’un pilotage sportif en réduisant au minimum l’intervention du Contrôle de stabilité du véhicule VSC (Vehicle Stability Control) et des systèmes de contrôle de motricité.

Qui plus est, le nouvel écran multifonction peut afficher en temps réel les courbes de puissance et de couple, l’accélération ainsi qu’un chronomètre qui indique les temps au tour successifs sur circuit. L’ajout du mode Track est l’une des composantes de la remise à jour globale des dispositifs de contrôle électronique du GT86, ABS et antipatinage compris.

L’Ingénieur en chef Tetsuya Tada considère que ces révisions donnent au final les modifications les plus perceptibles sur le châssis, via une exploitation judicieuse des informations recueillies en course. En termes de style, le nouveau modèle n’apporte pas de refonte radicale ; il témoigne plutôt de l’arrivée à maturité d’un design bien établi, en accentuant la silhouette sportive large et basse.

Au nombre des évolutions figurent de nouvelles optiques de phare à LED intégrant des feux de jour et des clignotants à LED, un nez plus bas et un bouclier avant restylé. Un nouvel aileron arrière est disponible en option en France. Jusqu’au moindre détail, chaque modification favorise l’aérodynamisme, comme l’a voulu Tetsuya Tada, l’Ingénieur en chef imaginatif du GT86.

Les remontées des clients ont aussi nourri les modifications, notamment dans l’habitacle : les nouveaux matériaux d’habillage et de sellerie rehaussent la qualité perçue, tandis qu’un volant de plus petit diamètre permet de faire mieux corps avec la voiture.

L’ensemble de ces évolutions se traduit par une expression plus forte encore des principes directeurs du GT86 : une voiture authentique et de haute qualité dédiée au plaisir de conduite.

/
 

Interview de l'ingénieur en chef
Tetsuya  Tada

Toyota a de nouveau fait appel à Tetsuya Tada, l’Ingénieur en chef qui avait dirigé le développement du premier GT86, pour superviser les évolutions apportées à la version 2017. Objectif : assurer la continuité d’esprit et d’exécution aux plans technique et stylistique.

Le GT86 2017 est-il l’oeuvre du “Team 86” qui a conçu le modèle originel, ou de nouvelles idées et de nouveaux collaborateurs ont-ils été intégrés au développement ?
T. Tada : « Certaines personnes sont les mêmes, mais la moitié environ de ce “Team 86” sont nouvelles. Bien sûr, je suis toujours là et il m’appartient de former la nouvelle génération d’ingénieurs. »

Votre carrière chez Toyota s’est surtout concentrée sur la réalisation technique des châssis, qui vous a attiré beaucoup de louanges. En quoi celui du GT86 2017 témoigne-t-il de votre travail ?
T. Tada : « Nous avons quasiment tout revu, mais la différence majeure se situe à mon avis dans les systèmes électroniques, notamment l’ABS et l’antipatinage. C’est là que l’on constate les évolutions les plus flagrantes entre les deux versions. »

Jusqu’à présent, vous avez privilégié la mécanique par rapport à l’électronique. Qu’est-ce qui vous paraît important dans ce changement de priorité ?
T. Tada : « Beaucoup pensent que les contrôles électroniques ne conviennent pas au pilotage sportif. Mais à mon sens, ce n’est plus le cas car elles peuvent au contraire bonifier les talents d’un pilote de haut niveau. À titre d’exemple, le GT86 2017 possède de nouveaux modes de gestion électronique dédiés au pilotage sur circuit. Ces logiciels ont été conçus pour la course, en particulier la participation du GT86 au 24 Heures du Nürburgring. »

/
/
 

Vous a-t-il été difficile d’améliorer un châssis que beaucoup jugeaient déjà parfait ?
T. Tada : « Je voulais améliorer en priorité la réactivité de la voiture, à l’accélération et hors accélération, en entrée et en sortie de virage, ainsi que la rapidité et le naturel de ses réactions. Nous y sommes parvenus en modifiant les ressorts et les amortisseurs, mais surtout en travaillant l’aérodynamique et ses répercussions sur les suspensions. Chaque modification, même les petites « dents» qui émergent à la base de la calandre, améliore l’aérodynamique globale du coupé et influence sa dynamique. »

En quoi les nouveaux renforts de carrosserie profiteront-ils au conducteur ?
T. Tada : « Une rigidification de la structure de caisse améliore naturellement le comportement dynamique, mais la plupart des gens noteront aussi un meilleur confort. Cela tient au fait que la carrosserie plus rigide du GT86 et ses nouveaux amortisseurs aplanissent bon nombre des petites imperfections de la route. »

Que pensez-vous des modifications apportées à l’habitacle ?
T. Tada : « C’est très réussi, on s’y sent tout de suite à l’aise et la position de conduite est impeccable, avec ce volant légèrement remodelé et encore plus petit qu’auparavant. »

Voir aussi

Nouveau GT86

En savoir plus

Confidentialité et Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site pour vous proposer une navigation optimale. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Gestion des cookies.